Quitter Morphee pour le solstice d'ete

Quitter Morphée pour le solstice d'été

le 21 juin 2012 360°, Dévoluy, Photographie 0 commentaire

Photographier les premières lumières du matin est toujours un plaisir. La sensation d'harmonie avec la nature ne s'en retrouve qu'augmentée, d'autant plus en ne prenant aucun moyen de transport motorisé. Mais au solstice d'été cela a un coût : le sommeil ! Petit récit d'une dispute entre Morphée et moi...

4h10, le réveil sonne. Je n'ai presque pas dormi de la nuit, une heure et demi au mieux. Fâché avec Morphée dès hier soir, nous nous sommes réconciliés qu'une fois les 2h00 du matin passés. Cela aura eu un seul mérite au moins : j'ai bien avancé mon livre en cours !

4h11, je me lève pour aller stopper la sonnerie stridente du réveil. Consciencieusement, je l'avais placé à quelques mètres du lit la veille, augurant une sortie de lit délicate... Conjugué à une sonnerie capable de réveiller un mort, me voilà debout avec des sensations proches d'un lendemain de soirée arrosée.

4h15, même le beurre salé en grosse quantité ne vient pas à bout de cette gueule de bois. La montée s'annonce compliquée, voire pire.

4h30, le petit-déjeuner ingurgité, je prends les affaires nécessaires pour cette courte virée : appareil photo, petite polaire, et de la flotte. Sans oublier la frontale.

4h40, au pied de l'immeuble, j'enfourche mon vélo direction Charance. La température est idéale et le ciel semble totalement dégagé.

5h15, j'arrive au hameau des 'Serrigues', il est temps de poser le vélo et de continuer à pied.

5h40, j'atteins le sommet de la tête de Guizière, 1150 mètres plus haut que le point de départ. J'ai de l'avance, ça me laisse le temps de souffler un coup et de repérer les lieux.

6h00, le soleil pointe de bout de son nez, c'est la fête du capteur CCD, les belles lumières sont là et la température au sommet est agréable, je ne finirai pas les doigts congelés !

6h30, invasion des mouches ! Que se passe-t-il ?!? Je suis obligé de prendre plusieurs fois certaines prises de vues pour éviter d'avoir des mouches dans le cadre...

6h50, le soleil est déjà bien monté, l'heure du retour se rapproche. J'apprends à compter jusqu'à 10 pour faire quelques autoportraits.

7h10, et voilà, il ne reste plus qu'à rentrer à la maison, des lumières plein les yeux et des clichés plein la carte mémoire. Descente rapide mais glissante jusqu'au vélo, puis petit tour à vélo par le canal du Drac pour ne pas repasser par la même route.

8h00, de retour à la maison, une bonne douche et un grand café finiront de me réveiller. Même l'air vivifiant n'est pas venu à bout de cette sensation de somnolence : ce lever de soleil n'était-il qu'un rêve ? Et ce premier réveil un simple cauchemar ?

Alors pour partager mon rêve, va voir les photos ! Si ça te pique les yeux, j'espère que ce n'est pas de fatigue ;-)

voir l'album »
Partager :    

Aucun commentaire. Sois le premier !

Laisser un commentaire



Un point de vue sur la montagne, les voyages à vélo, la randonnée et l'environnement. Vous aimez ce site ?